Charte de l'aumônerie orthodoxe hospitalière

Publié le par aumonerie

Le respect de la laïcité

La laïcité ne se résume pas à la neutralité de l'Etat, ni à la tolérance. Elle ne peut ignorer le fait religieux et implique l'égalité entre les cultes.  Si la loi de 1905, a fait disparaître la catégorie des cultes reconnus, et si l'Etat ne doit donc désormais ni "reconnaître" ni salarier aucune religion, il ne doit en méconnaître aucune.

Parmi les acquis de la laïcité, figurent l'affirmation que toutes les religions ont droit à l'expression et, contrepartie de la précédente, celle qu'il ne doit pas y avoir, par une ou plusieurs d'entre elles, accaparement de l'Etat ou négation des principes fondamentaux sur lesquels il repose.

 Sur cette base l’aumônier s’engage à exclure tout geste ou parole ne relevant pas de l’aumônerie, tout ce qui pourrait être ressenti comme pression ou prosélytisme.

La prise en compte de la réalité hospitalière

L'aumônier orthodoxe travaille en collaboration avec les personnels des services visités. Sa démarche se veut en cohérence avec la démarche de soins. Les impératifs de se soigner passe avant les obligations religieux.

L'aumônier orthodoxe doit apporter les réponses religieuses qui permettent au malade orthodoxe une meilleure hospitalisation. Cela permettra au patient orthodoxe d’être en conformité aussi bien avec ses convictions religieuses qu’avec les prescriptions du corps médical.

La considération du patient

Le tout premier rôle de l’aumônerie est l’attention au bien de la personne, comme unité indivisible, elle est attentive à tout ce qui peut favoriser la guérison et atténuer la souffrante. Elle offre attention, écoute et amitié à toutes les personnes malades.

L'aumônier orthodoxe doit répondre, dans la discrétion, aux besoins spirituels des patients qui le désirent en les soutenant et en les réconfortant, soit par une parole, un sacrement ou une liturgie, soit tout simplement en les écoutant.

Il est aussi disponible pour les familles des malades ou le personnel de l'hôpital pour expliquer, accompagner et aider.

En aucun cas, l'aumônier orthodoxe ne peut se substituer aux responsabilités du personnel hospitalier et des familles, mais doit avoir le souci de collaborer avec ceux-ci pour le bien des malades.  

Le recrutement des aumôniers

L’Aumônerie est soucieuse de la compétence des aumôniers qui demandent à la rejoindre. Le recrutement des aumôniers accorde une grande importance à la compétence des futur aumôniers. Une formation dispensée par l’aumônerie nationale est exigé ainsi que la capacité d’écoute, à se remettre en cause et à se former.

L'aumônier national nomme les aumôniers régionaux en concertation avec l’évêque et le Conseil épiscopal. Peut prétendre à être aumônier orthodoxe toute personne satisfaisant les critères suivants :

· Etre clerc de l’Eglise orthodoxe de France

· Intègre et de bonne moralité

· Ayant le sens du contact, de l'écoute et de l'échange

· Réussir le stage de formation

 

Les autres aumôneries

L’aumônier orthodoxe doit se coordonner avec les autres aumôneries déjà existante.  

 

Publié dans Lois & Charte

Commenter cet article