Grade et appellations

Publié le par aumonerie

Leur insigne de grade est, pour l'armée de terre, la gendarmerie nationale et les services communs (Service de santé des armées, par exemple), un rameau d'olivier stylisé, porté en barrette, or ou argent selon leur statut ou leur fonction, encadré ou non selon leur fonction, porté

 

 avec l'insigne de l'aumônerie du culte concerné pour l'armée de terre (croix pour les aumôniers catholiques et protestants, tables de la loi pour les israélites, croissant pour les musulmans),

 avec la grenade « bois de cerf » or surmontée de deux chevrons pour la gendarmerie nationale.

 

Les aumôniers de marine portent une ancre chargée de l'insigne de culte, ceux de l'armée de l'air l'insigne de culte et l'épervier de cette armée.

 

Réglementairement, on les appelle les aumôniers militaires « Monsieur (ou Madame) l'aumônier ».

 

Dans la pratique, les appellations varient selon les unités. Ainsi, l'aumônier catholique, quand il est prêtre, est souvent appelé « Padre » (appellation à l'origine réservée aux aumôniers parachutistes mais qui s'est "démocratisée" par la suite) ou, plus communément « Mon père », les aumôniers embarqués de la Marine nationale reçoivent traditionnellement à bord le titre ronflant de « Monseigneur », les élèves des lycées et classes préparatoires militaires qualifient, selon les lieux, leurs aumôniers de « Marab » (appellation propre au Prytanée National Militaire), « Bohut », « Babasse »... Les aumôniers protestants sont souvent appelés « Pasteur » et les aumôniers israélites « Monsieur le rabbin ». L'aumônerie musulmane étant de création récente, il ne semble pas que ses aumôniers aient actuellement reçu une appellation « de tradition ».

Publié dans Armées

Commenter cet article